L’instant présent : qu’est-ce qu’on en fait ?

Hello !

 

Aujourd’hui on va papoter, enfin je vais papoter pour être plus précise, puisque ce ne sera pas tout à fait interactif. Cet article est pour moi le moyen d’une petite introversion et j’espère que ce sujet suscitera, chez vous, tout autant de questionnement. J’aimerais donc vous parler du temps et de la manière dont je l’utilise, de la vie et de la manière dont j’en profite. Je veux vous parler de l’instant présent et de ce que j’en fait.

Je me suis rendue compte, au bout de presque vingt années de vie, que le temps passait très vite et, surtout, de plus en plus vite. Quand j’était petite, une année scolaire, c’était long ! Maintenant, j’ai à peine tourné la tête que le premier semestre a déjà filé et que le second est sur le point de le rejoindre.

Je me suis donc posée la question suivante : Pourquoi le temps passe plus vite qu’avant ? Après de longues pensées et réflexions, je crois bien que j’ai trouvé la réponse. Le temps passe plus vite parce que je ne profite plus. Mes journées sont toutes semblables : je me lève, je déjeune, je vais à la fac, je rentre, je travaille, je me douche et je me couche. Voilà, la banalité a emporté l’instantanéité.

Petite, je me levais pleine de bonne humeur, tant heureuse qu’impatiente de découvrir de quels petits trésors ma journée serait constituée. Je n’avais qu’une hâte, de me préparer et de foncer, de pénétrer dans cette journée comme si je plongeais dans une nouvelle histoire, à la Martin Matin, vous voyez ? Aujourd’hui, j’ai l’impression de connaître à l’avance le déroulé de ma journée, de savoir à l’avance, également, quelles seront celles de la semaine qui seront les plus stressantes ou chargées.

J’ai hâte. Voilà la phrase qui me caractérise. J’ai hâte que la journée se termine. J’ai hâte d’être en vacances. J’ai hâte de trouver ma voie. J’ai hâte de me marier. J’ai hâte d’avoir des enfants. J’ai hâte en continue finalement. Depuis petite, j’adore organiser et planifier ma vie. Ne jamais laisser place à l’inattendu. Tout contrôler, toujours. Ne pas me laisser la possibilité de perdre pieds. J’aimais et j’aime tout autant actuellement d’ailleurs, planifier les éventements, quels qu’ils soient, qui m’attendent.

Seulement, je me suis rendue compte, il vaut mieux tard que jamais, que cela me nuisait. Attention, je suis loin de dire que je suis malheureuse ! J’aime ma vie. Mais, dans un soucis de perfectionnement et de mieux-être, il me semble que ce point sur l’instant présent est primordial.

D’un côté, tout ce mécanisme a du bon. Je ne suis que très rarement prise au dépourvu et toute cette hâte me sert de motivation. C’est mon moteur à moi. Cependant, il me semble nécessaire de trouver un meilleur équilibre, le juste équilibre, celui qui mettra en harmonie agencement de vie et inattendu.

Parce que oui, le cœur du problème se trouve là : je ne laisse aucune place, aussi petite soit elle, à l’inattendu. Je le comble et le fait entrer dans mon emploi du temps. Je le planifie, lui aussi. Or, il m’est, comme à chacun d’entre nous, nécessaire. Cette petite part de vie qui va faire de votre journée un beau ou un mauvais moment. Cette rencontre incongrue avec une personne dont vous ignoriez jusque là l’existence, cette endroit que vous découvrez en vous perdant dans la ville … Nous en avons tous besoin.

Oui cet article rythmé par mon fidèle « je » passe désormais à la première personne du pluriel. Je suis partie de mon expérience, mais je suis loin de penser que je suis la seule dans ce cas. Evidemment, chacun à sa vie, qu’il gère comme il l’entend d’ailleurs. Mais je pense que cet équilibre manque à beaucoup d’entre nous.

Alors, à partir d’aujourd’hui, je veux découvrir des petits bonheurs et des petits malheurs tous les jours. Je veux que la vie me surprenne. Je veux profiter de cet instant, celui-là, sans me concentrer et essayer de prévoir celui qui va arriver.

La vie passe si vite, un clin d’œil et nous nous retrouverons tous vieux à nous demander ce qu’on a fait de ce petit bout d’existence qui nous était offert. Alors maintenant, un pas après l’autre et une chose à la fois. Je vais me concentrer pleinement sur les tâches que je réalise, quelles qu’elles soient, sans m’impatienter, ni m’alarmer pour la suite. Elle arrivera bien assez vite. Et je pense que je vais être surprise par tout ce que la vie me réserve.

Je vous embrasse,

Matisse

capture-d_c3a9cran-2018-02-18-c3a0-18-39-341.png

Publicités

Publié par

Elle est brune, baroudeuse dans l'âme et adore découvrir de nouvelles choses tous les jours. Elle, c'est moi, et je veux vous faire découvrir ce que j'aime.

8 commentaires sur « L’instant présent : qu’est-ce qu’on en fait ? »

  1. J’encourage à profiter du moment présent car le temps perdu ne se rattrape pas ! Toujours penser à l’avenir, toujours programmer empêchent de savourer le présent. Parfois, il est bon de s’asseoir un peu et juste regarder ce qui se passe autour de soi 😉

    Aimé par 1 personne

  2. Je suis totalement d’accord avec toi! J’ai aussi l’impression que le temps passe plus vite à notre âge car nous sommes « forcés » à ne plus être dans l’instant présent. Par exemple, avec les examens, des rendez-vous, etc. On est forcés à voir plus loin que le jour même et c’est vraiment dommage. J’aime vraiment beaucoup ton article et grâce à lui, je vais essayer de me focaliser de plus en plus sur le moment présent afin de profiter des surprises de chaque journées.

    Plein de bisous

    Aimé par 1 personne

  3. Le temps est une donnée relative. A 6 ans, une année représente 1/6ème de son existence ce qui est beaucoup si l’on compare au 20ème que représente une année à 20 ans. Peut être est ce une explication à l’impression que l’on a, du temps qui passe de plus en plus vite. A réflechir …
    Vu que tu organises tout, tu peux aussi organiser des plages de « regarder le temps qui passe » plutôt que de courir après. Décider de se poser à la terrasse d’un café, dans un parc ou je ne sais où.
    Enfin peut être réfléchir à l’idée que « faire du bien aux autres c’est aussi prendre soin de soi » … ça t’obligera à t’arrêter pour te concentrer sur l’autre et peut être aller vers inattendu que tu évoques dans ton riche article.
    Bref ce sont des idées comme ça en passant, qu’il serait bon que je m’édite également … si j’en prenais le temps.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s